Mon Roi : la violence d’une passion

Cinéma.

mon roi

Mon Roi est un film de Maïwen, sorti il y a maintenant deux mois, mais que je n’avais pas pu voir avant ce mois-ci. Après avoir adoré « Polisse » de la réalisatrice, j’attendais énormément de Mon Roi, et j’ai été malheureusement un peu déçue.

Tony (Emmanuelle Bercot, sublime) est admise dans un centre de rééducation après une grave chute de ski. Pendant ce long séjour, elle va se remémorer sa tumultueuse histoire d’amour avec Georgio (Vincent Cassel). Une histoire d’amour destructrice, une passion avec très peu de limites. Mon Roi est une peinture de deux portraits à la fois : celui d’une femme intelligente, simple, et d’un homme beau, charmeur, manipulateur, détestable et adorable. Deux personnes qui s’aiment et se détestent en même temps. De la rencontre avec Georgio, jusqu’à leur douloureuse séparation, rien ne nous est épargné dans l’histoire de Georgio et Tony, ni leurs moments de rires, ni leurs moments de complicité, ni leurs moments de doutes, et surtout pas les moments de violentes disputes. Une histoire intime, au fin fond d’un couple en crise permanente. Mon Roi c’est surtout l’histoire du roi des connards : Georgio est un être extrêmement manipulateur et inconsciemment pervers et narcissique. Tony est dominée par sa passion pour Georgio, il profite d’elle par un chantage affectif permanent. A plusieurs reprises, Tony essaie de fuir cette passion, essaie de se démettre de la domination de cet homme ; mais rien n’y fait, Georgio arrive à la reconquérir à chaque fois, usant de ses charmes, de sa verve, de son indifférence intéressée. C’est cette passion destructrice que nous conte Maïwen au fil d’un récit entre présent au centre de rééducation, et retours au passé avec les souvenirs du personnage.

MON_ROI_Still

Emmanuelle Bercot et Vincent Cassel forment un couple sublime à l’écran, dans leurs rôles respectifs, ils sont parfaits. Vincent Cassel est sûrement un des meilleurs acteurs de sa génération, un des acteurs avec une gueule, comme Belmondo l’était à son époque, une gueule qui ne passe pas inaperçue et qu’on reconnaît au premier regard. Emmanuelle Bercot mérite grandement le prix de meilleur actrice à Cannes, car dans un style plus simple, elle arrive à émouvoir et à susciter de l’empathie pour son personnage sans en faire des caisses. Tout au long du film, elle est d’une justesse incroyable, sans aucune fausse note, son rôle est tenu à la perfection.

mon roi 2

Maïwen, met sûrement dans ce film et dans le personnage de Tony le plus de sa personnalité, son ego, sa sensibilité, son intelligence. Il est évident que la réalisatrice a vécu une histoire d’amour comme celle qu’elle nous livre dans son oeuvre. J’ai beaucoup aimé ce film, mais j’en attendais plus. J’attendais plus de profondeur dans les personnages, peut-être un portrait un peu moins accusateur de l’homme, un portrait peut-être un peu plus dur de la femme. Nous n’avons que le point de vue de Tony par ses souvenirs, ce qui ne peut pas donner aux spectateurs une opinion propre de Georgio vu la façon dont le personnage est dépeint par son ex-femme, et nous ne pouvons pas avoir une véritable image de Tony non plus, car pour elle, elle est la victime. J’aurais aimé un regard moins tranché sur ces deux personnages, un regard plus « extérieur ». Ce regard extérieur je l’aurais aussi aimé dans certaines scènes du film qui sont tellement dans l’intimité du couple qu’elles en mettent mal à l’aise, des scènes d’une violence hystérique inouïe qui sont certainement nécessaires pour comprendre la passion et la destruction lente du personnage de Tony, mais qui sont malaisantes parfois. Pour finir, j’ai regretté que le personnage du frère de Tony,  joué par Louis Garrel, soit un peu mis sur le côté alors que c’est un personnage très intéressant, charismatique et qui aurait pu apporter un grain de fraîcheur en plus au film.

Au final, Maïwen signe un très bon film, qui aurait pu être excellent. Malgré quelques petites notes négatives trouvées à ce film, je ne pense pas qu’il ait mérité l’acharnement médiatique qu’il a suscité à sa sortie qui est pour moi une détestation de la part de certains journalistes et critiques pour la réalisatrice qu’un réel problème avec le film.

Oona

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s